UNITÉ

"Unité", le nouveau projet urbain de Quentin Carnaille, est une installation s’appropriant une sculpture chargée d’histoire : la statue de la République de Léopold Morice.

Ce projet s’inscrit dans la continuité de l’installation "Identité" inaugurée pendant les journées européennes du patrimoine à Lille en septembre 2017. Pendant trois semaines, 14 cubes facettés de miroirs ont recouvert le visage des sculptures commémoratives de Lille interpellant le regard des passants. En transformant les sculptures académiques et figuratives en sculptures contemporaines, Quentin Carnaille questionne le public et son rapport à l’autre tout en lui permettant de redécouvrir le patrimoine culturel de sa ville.

Avec "Unité", l’artiste réitère cette proposition en investissant cette fois-ci la sculpture emblématique de la place de la République, symbole par excellence de l’identité française. En revêtant cette statue de ses cubes miroités, il entraîne le spectateur à s’interroger sur ses valeurs et celles de la France.

Ainsi, "Unité" offre une nouvelle lumière sur le travail du sculpteur français Leopold Morice, et ce dans une époque qui ignore la statuaire magistrale et pour laquelle s’est perdu l’effet grandiose que produisaient ces statues.

Or la statue de la place de la République est un point central de la capitale et de la vie de celle-ci. C’est à ses pieds que les français se retrouvent chaque fois que la nation connaît de grandes difficultés, et c’est encore vers elle qu’ils se tournent à chaque nouvelle manifestation ou rassemblement en faveur de la défense de leurs droits. En investissant la statue de la République avec l’installation "Unité", Quentin Carnaille s’empare des symboles véhiculés par celle-ci.

Un regard au sommet du monument invite l’observateur à dialoguer avec Marianne, symbole de la République. Un peu plus bas, l’attention se focalise sur les trois statues représentatives de la devise républicaine « Liberté, Égalité, Fraternité ». Chaque sculpture est coiffée d’un cube facetté de miroirs sans tain dont l’une des faces est équipée d’un éclairage LED.

Le jour, le spectateur contemple son propre reflet dans les cubes lorsqu’il observe les différentes sculptures de l’édifice. Au travers du jeu de miroir, l’individu incarne alors par effet de substitution les valeurs de la république. Dans un premier temps la « liberté » lui rappelle son individualité, son caractère unique et singulier. Puis il est amené à se questionner sur ses droits et ceux des autres au travers de « l’égalité ». Enfin, il se reflète dans la dernière devise, « Fraternité », là d’où jaillit un sentiment dépassant l’ego pour rassembler plusieurs « moi » et en faire un « nous » dans lequel se crée à nouveau l’unité.

Création du site par Sébastien Gras